Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Repères contre le racisme, pour la diversité et la solidarité internationale

Sur la démence comme stratégie de défense en Israël et l’illusion partagée du monde (Samah Jabr)

3 Août 2014 , Rédigé par Repères anti-racistes Publié dans #Palestine Colonisation occupation

http://www.assawra.info/local/cache-vignettes/L200xH211/arton8103-64586.jpgIl y a quelques temps, les caméras de commerçants palestiniens à Shufat ont révélé les images des ravisseurs israéliens de Muhammad Abu Khdeir, et la propagande israélienne montée de toutes pièces selon laquelle Muhammad Abu Khdeir était homosexuel et qu’il aurait été victime d’un crime d’honneur commis par son propre peuple est alors devenue insoutenable. Peu après, et dans l’espoir de contenir les affrontements qui avaient éclaté dans Shufat et qui s’étendaient à de nombreux quartiers de Jérusalem-Est, la police israélienne a annoncé qu’elle avait capturé six suspects impliqués dans le crime.

Récemment, le 10 mars 2014, les troupes israéliennes au Pont Allenby ont tué un juge jordano-palestinien, Raed Zeiter, 38 ans, qui venait en Cisjordanie percevoir l’argent d’un loyer afin de soigner son fils malade. Les Israéliens ont allégué qu’il avait essayé de se saisir de l’arme d’un soldat, sauf que des témoins ont donné une version toute différente : le juge avait allumé une cigarette en attendant d’être fouillé ; un soldat l’a poussé en hurlant qu’il ne pouvait pas fumer ; le juge l’a repoussé en criant, « Ne m’insultez pas ! ». Le juge a été immédiatement abattu et laissé baignant dans son sang, pendant une demi-heure, au pied d’une foule de Palestiniens qui faisaient la queue, paralysés par la peur. Le juge a fini par mourir de sa blessure. Les responsables israéliens ont affirmé que les caméras de surveillance ne fonctionnaient pas, justement ce jour-là. Comme il est si typique dans cette situation, l’enquête sur les faits est maintenant close ; les allégations des dirigeants israéliens n’ont pas été contestées.

Des jours après l’arrestation des suspects dans l’assassinat d’Abu Khdeir, il a été annoncé que trois des suspects étaient déjà relâchés. Les autres étant présentés comme des mineurs et un adulte mentalement instable avec une personnalité dominatrice sous traitement psychiatrique, selon le journal Yedioth Ahronoth.

Cela rappelle quelque chose ! Dennis Michael Rohan, un protestant évangélique d’Australie, a mis le feu à la mosquée Al Aqsa en 1969 afin d’accélérer la seconde venue du Messie et de créer une occasion pour la reconstruction du Temple juif. Il sera prétendu plus tard que Rohan était mentalement malade et qu’il ne pouvait répondre de ses actes. Julian Soufir a avoué avoir assassiné le chauffeur de taxi palestinien, Taysir Karaki, en 2007, déclarant qu’il n’avait ressenti aucune culpabilité parce qu’il était convaincu que les Arabes sont comme du bétail et qu’il n’a fait qu’en abattre un. Soufir est monté dans le taxi de sa victime à Jérusalem et a demandé à être conduit à Tel Aviv. Il a alors persuadé la victime de venir à son appartement en lui offrant un café et l’usage de la salle de bain. Il l’a ensuite agressée avec un couteau qu’il s’était procuré à l’avance. Mais en 2008, Soufir a été acquitté, le tribunal ayant retenu les témoignages de deux témoins de la défense qui ont prétendu que Soufir n’était pas pleinement « conscient » au moment du meurtre. Le fait que Soufir fournisse une explication de ses actes qui relève d’une conviction nationaliste, et le fait qu’il ait pu planifier son crime à l’avance n’ont pas été pris en compte.

Il y a quelques années, j’ai témoigné en qualité de témoin expert au tribunal de district de Jérusalem dans le dossier de l’un de mes patients psychiatriques qui était dans un épisode psychotique fleuri au moment où il a poignardé un soldat israélien. Le patient avait 30 ans ; après avoir subi de graves blessures durant son arrestation qui ont nécessité douze opérations chirurgicales et l’ont laissé handicapé, il a été condamné à trente années d’emprisonnement ! La validité de la folie comme moyen de défense n’a pas été prise en considération.

La folie comme moyen de défense est l’un des nombreux prétextes utilisés afin d’échapper à une poursuite, à la prison, ou à la punition des auteurs israéliens d’assassinats de Palestiniens, mais elle ne l’est pas dans l’autre sens. Quand un mineur palestinien attaque un Israélien, le mineur apparaît devant le tribunal avec des ecchymoses et des fractures. Mais les poursuites ne sont pas arrêtées parce qu’il est mineur.

Attendons de voir ce qui va arriver aux mineurs qui ont torturé Abu Khdeir et qui l’ont brûlé vif.

La loi du colon, un sous-système du système d’occupation

Lire la suite

Partager cet article

Commenter cet article