Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Repères contre le racisme, pour la diversité et la solidarité internationale

Syrie : déclaration d'un collectif de militants du MRAP

10 Février 2012 , Rédigé par Collectif de militants du MRAP Publié dans #Syrie, #Proche et Moyen-Orient, #MRAP expressions plurielles

syrie

En dehors des inévitables querelles sur le nombre des victimes ou celles relatives à la guerre de l’information que se livrent les différents acteurs, la répression menée par le régime syrien  sur ses propres citoyens atteint des degrés insupportables et doit être condamnée sans détour.

Sous l’effet de ses membres les plus ultras guidés par la seule conservation du pouvoir et de ses avantages, le régime syrien a montré son incapacité à se réformer.

Par l’usage inconsidéré de la force pour répondre aux aspirations d’une partie non négligeable de la population, le régime syrien porte une lourde responsabilité dans ce qui, du moins au début, a pu être qualifié à juste titre de véritable guerre à la société.

Que l’impérialisme mette à profit les difficultés que connaît le régime syrien pour en tirer avantage, qu’il instrumentalise la situation et agisse en conséquence pour mener à bien ses desseins de reconfigurer tout le Moyen -Orient sans se soucier des véritables aspirations de la population est une évidence, d’autant que la Syrie est dénoncée comme alliée de l’Iran et ennemi d’Israël même si, en dépit de l’occupation du Golan depuis 1967, la Syrie n’a jamais mené d’actions contre Israël.


Cette instrumentalisation - par les pays occidentaux, plus soucieux de paralyser le régime syrien que de favoriser une démocratisation dont ils n’ont jamais eu que faire ou bien par la Turquie dans sa volonté de conforter son statut de puissance régionale- ne doit pas être oubliée. La dimension géostratégique de la situation doit être interrogée et toute instrumentalisation doit être condamnée avec la même vigueur.


En tout état de cause, il est du devoir de tous les Etats, de respecter un principe fondamental, celui de non-ingérence dans les affaires intérieures d’un autre pays… surtout  lorsque la complexité de la situation leur échappe lamentablement …et la complexité de la situation en  Syrie est bien réelle, la société syrienne étant loin d’être un bloc monolithique, sans oublier l’inconnue que constitue l’opposition –et plus justement  les oppositions - au régime toujours divisée en divers courants. Les précédents en Irak et dernièrement en Libye devraient inciter à la prudence.

En ce sens, tout recours à une intervention militaire doit être condamné, qu’elle soit de l’OTAN ou menée sous couvert d’une force arabe constituée des armées de pays aussi …« démocratiques » et « respectueux de leurs sujets » que l’Arabie Saoudite ou le Qatar ! !


Quant au recours à une intervention humanitaire, on sait trop bien, par expérience, les véritables motivations qu’elles peuvent cacher !

 

Cela n’entre cependant pas en contradiction avec le soutien politique à la lutte du peuple syrien pour plus de démocratie qu’il nous faut apporter en toute connaissance, sachant les risques de désinformation auxquels sont soumis les opinions publiques, la question la plus épineuse restant cependant celle d’un soutien à des organisations se prévalant toutes  de leur opposition au régime syrien.

A ce stade, la prudence s’impose tant les manipulations sont possibles. Déterminer son soutien à une organisation en fonction de la représentativité, de sa permanence dans la lutte mais aussi des réponses à des questions portant sur la citoyenneté, le droit des minorités, le respect des valeurs démocratiques et même sur les choix relevant davantage de problèmes géostratégiques est essentiel en dernier ressort.

 Alors qu’il appartient au seul peuple syrien de déterminer son avenir, mobilisons-nous pour notre part autour de ces trois exigences :


REFUS DE TOUTE INTERVENTION ETRANGERE

RECHERCHE D’UNE SOLUTION NEGOCIEE

SOUTIEN AU PEUPLE SYRIEN  DANS SA LUTTE POUR LA DEMOCRATIE

Partager cet article

Commenter cet article

Masson Christian 12/02/2012 09:06

Dans le refus de toute ingérence étrangère, il faut inclure l'interdiction de vente ou de maintenance d'armements.