Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Repères contre le racisme, pour la diversité et la solidarité internationale

Un oubli de Pierre-André Taguieff (Sébastien Fontenelle)

29 Mai 2013 , Rédigé par Repères anti-racistes Publié dans #Islamophobie

bakchich_0-copie-1.pngLes Presses universitaires de France (PUF) viennent de publier un très volumineux - puisqu’il fait plus de 2.000 pages - Dictionnaire historique et critique du racisme», ouvrage « de référence » et « de nature encyclopédique », dont la confection a été coordonnée par un certain Pierre-André Taguieff, «directeur de recherche au CNRS».

 

On y trouve, parmi nombre d’autres contributions  (comme celle, par exemple, de l’inégalable Robert Redeker, auteur, naguère, de l’impérissable sentence selon laquelle «haine et violence habitent le livre dans lequel tout musulman est éduqué, le Coran»), un article dont l’auteure, Leila Babès, fustige l’«arabophobie» et la «haine antimusulmane» de certain(e)s croisé(e)s de médias du «choc des civilisations» - telles qu’elles s’incarnaient notamment dans la «vision raciste» que véhiculait, de son vivant, «la journaliste italienne Oriana Fallaci», auteure d’un «ouvrage», toujours « cité par tous les sites extrémistes», dans lequel « les fils d’Allah », présentés comme « incapables de contribuer au progrès de l’humanité », étaient « traités de barbares, et comparés aux rats et à des hordes de sangliers».

 

Et certes: cette dénonciation est bienvenue, pertinente, et salutaire.

 

Mais il y manque, par l’effet, probablement, d’un ballot oubli (et c’est un peu dommage, car cette spécification eût aidé le lectorat de l’imposant dictionnaire des PUF à mieux prendre la mesure de certaines réalités), la précision que la publication, en 2002, de l’immonde bouquin de «la Fallaci» (comme on l’appelait dans la presse comme il faut) a été saluée, en France, par une standing ovation où d’éminents clercs de médias ont longuement battu des mains en feulant que «cette femme» était sacrément courageuse, hein, mâme Dupont, pour oser tenir de si dérangeants mais si vrais propos  sans se laisser intimider par la-police-de-la-pensée-de-la-tyrannie-de-la-bien-pensance (1) - trouvez pas qu’elles des grosses, grosses couilles, la Ritale, franchement?

Lire la suite sur Bakchich

Partager cet article

Commenter cet article