Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Repères contre le racisme, pour la diversité et la solidarité internationale

Un rallye sur les chapeaux de roue le 14 mai à Paris (MRAP)

22 Mai 2011 , Rédigé par MRAP Paris Publié dans #Initiatives locales, #MRAP

La Fédération de Paris qui regroupe beaucoup de militants d’un certain âge, pour ne pas dire d’un âge certain, peu adeptes du football, du rugby ou des sports très « physiques » voulait malgré tout participer à la campagne du MRAP « Non au racisme dans le sport ». Nous nous voyions mal aller aux matchs du Paris-Saint-Germain donner des conseils d’antiracisme aux supporters excités hurlant sur les gradins du stade de France.

Que faire, alors, comme disait l’autre1.

C’est alors qu’est née une idée différente, une idée nouvelle, une idée qui exploiterait l’immense passé de luttes que représente Paris. Nous allions mettre sur pied un rallye qui conduirait les participants dans des lieux de la mémoire parisienne de l’antiracisme et des droits de l’homme.

Mais de l’idée à sa réalisation que de chemin nous avons parcouru dont nous allons vous conter les différentes étapes. Il a fallu d’abord décider à qui nous allions nous adresser : pour ne léser personne les participants pouvaient se déplacer à vélo, àrollers ou à pied ; à pied, façon de parler, parce qu’il était licite et même recommandé de prendre bus ou métro pour joindre un lieu à un autre. Mais, comme dans le règlement nous avions oublié de le préciser, quelques participants naïfs ou trop honnêtes ont tout fait à pied !!! Chapeau, mesdames et messieurs.

Ceci précisé, il a fallu ensuite choisir ces divers lieux de mémoire marqués par des combats pour l’égalité, les droits de l’homme, contre la peine de mort, l’antisémitisme, l’esclavage, le colonialisme, le racisme sous toutes ses formes, le fascisme, etc. Et là, mes amis, catastrophe, nous étions submergés : monuments, statues, inscriptions, noms de rues, plaques commémoratives, sculptures, chaque coin de Paris, chaque rue ou presque témoigne de ce Paris populaire, libre, révolté, exigeant ses droits à la liberté et l’égalité véritables. A vrai dire, l’Ouest parisien et les beaux quartiers sont moins riches en témoignages de cet ordre que le reste de la ville, encore que, en cherchant nous avons trouvé là-bas aussi.

Comment organiser tout ce matériau pour en faire un tout significatif de nos luttes et de nos espérances ? Après avoir choisi quatre vingtaines de lieux, nous avons fait pour chacun d’eux une fiche illustrée au recto, explicative au verso dont l’ensemble, regroupé dans une pochette, forme un guide original du Paris de l’antiracisme et des droits de l’homme.

Mais le guide ne faisait pas le rallye et il était impossible de faire déambuler en une après-midi nos concurrents sur le parcours entier qui doit bien prendre une semaine au moins.

Nous avons alors choisi huit lieux que les personnes devaient rejoindre en partant du siège du MRAP (fiche Le Cirque d’Hiver –devinez pourquoi ?) et en arrivant à l’Hôtel-de-Ville (fiche avec manifestation d’éboueurs sur le parvis). Pour preuve de leur passage, les concurrents trouvaient sur les différents lieux des militants dévoués et immobiles, drapeaux MRAP au vent, qui apposaient sur le document de participation une gommette rouge ou bleue (le stock de rouges étant épuisé) là où l’intelligent concurrent devait répondre à des questions redoutables du genre : quel était le métier de Louise Michel, alors que la plaque signalétique précisait qu’elle était institutrice.

Vous imaginez aisément les multiples démarches auprès de la Mairie de Paris, de la Préfecture de police : n’occupe pas le pavé parisien qui veut et sans autorisation !

Je ne vous raconte pas non plus l’intense campagne de com. (comme on dit dans les milieux idoines) que nous avons menée tous azimuts ; un communiqué de presse a même été concocté peu de temps avant le jour J pour annoncer l’événement des événements, communiqué repris par combien de journalistes à votre avis ?

En fin, le grand jour arrive. Départ à 14 heures. Inscriptions à partir de 13 heures devant le siège : 420 personnes se présentent dont plus ou moins 200 sans papiers, accompagnés par des militants et, discrètement, par deux quidams des RG qui se sont farci tout le rallye avec nos amis de Baudelique ; distribution de tee shirts au nom du Paris de l’antiracisme, des questionnaires et des fiches-guides, d’un plan de Paris (qu’il avait fallu aller mendier dans les stations de métro qui les distribuent au compte goutte) ; départ des militants sur les divers lieux et de ceux qui assurent l’arrivée avec rafraîchissements (bien mérités), et les nombreux prix, puisque nous avons récompensé les 70 premiers arrivés.

Comme nous sommes des démocrates qui luttons pour l’égalité, les prix ont été tirés au sort par les gagnants : un sac rouge (évidemment) contenant tous les petits papiers et que chacun allait puisant avant de recevoir son lot. Discours de la Présidente de la Fédération (court) et de l’adjoint au maire, Pierre Mansat qui a terminé en exigeant « des papiers pour tous » ; un des concurrents a dit un poème slam antiraciste et ironique (que nous ne retrouvons malheureusement pas, mais on mettra la main dessus).

Tous étaient heureux, joyeux, très intéressés, découvrant et le MRAP et des personnages ou des faits ignorés ou oubliés. Des mois de préparation récompensés par la présence de toutes ces personnes, jeunes, moins jeunes, familles, sans papiers, amis connus, mais beaucoup d’inconnus aussi.

Cette année, il s’agissait de notre premier rallye ; nous avons des matériaux pour en faire encore cinq ou six, et maintenant que le pli est pris, nous donnons dès aujourd’hui rendez-vous pour le mois de mai 2012. En espérant qu’un grand nombre de ces personnes nous rejoindrons dans nos luttes : dans ce but (inavoué) nous n’avions pas oublié de joindre dans leur kit d’errance parisienne un bulletin d’adhésion et deux tracts invitant à la votation citoyenne et à la manif du 28 mai.

Une initiative heureuse, une réalisation collective, une vraie réussite enfin.

Catherine Ballestero, Présidente de la Fédération de Paris

1 Lénine dans son célèbre opuscule Que faire ?

 

Partager cet article

Commenter cet article