Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Repères contre le racisme, pour la diversité et la solidarité internationale

2008 : Réponse à une article du Courrier de l'Atlas (avril 2008)

10 Octobre 2014 Publié dans #Repères, #MRAP, #Islamophobie

Réponse à l'article “le MRAP au bord de l'implosion” écrit par Yann Barte dans le Courrier de l'Atlas d'avril 2008

Après deux heures d’entretien avec Mouloud Aounit, vous semblez faire fi de toutes les règles déontologique en prétendant parler d’enquête alors que vous menez une véritable opération à charge. La  déontologie journalistique exige un minimum de  rigueur et de sérieux  vis à vis de vos lecteurs. Votre devoir  aurait été de relater la  réalité et d'être objectif. Au lieu de cela vous préférez user de procès d’intentions et de propos diffamatoires. Pour cette raison nous usons içi de notre droit de réponse afin de donner suite  point par point à l’ensemble de vos allégations.
Ce n'est pas la première fois que des contre vérités sont distillées. Le MRAP, cet outil qui, depuis plus de 50 ans, est au service de toutes les victimes du racisme et milite pour le droit de tous les peuples sans distinction, dérange certains : il faut donc le faire disparaître (sans doute pour mieux récupérer les décombres), en commençant par l'un de ses présidents, Mouloud Aounit. “Si je veux abattre mon chien, je dis qu'il a la rage”. Pour abattre le MRAP (à sa création “Mouvement contre le Racisme, l'antisémitisme et pour la Paix”), certains tentent de manière répétitive d'accréditer ses prétendues dérives “communautaristes” et “islamistes” alors qu'au contraire, ce qui dérange tant, c'est précisément l'universalité de nos combats réaffirmée congrès après congrès de 1949 à aujourd'hui, en passant par 1977 et la nouvelle déclinaison de son sigle (Mouvement contre le racisme et pour l'Amitié entre les Peuples). C'est l'approfondissement par le MRAP, à travers ses combats quotidiens, de la réalité  d'un racisme global, aux cibles et aux formes multiples, selon les lieux et le temps. C'est ainsi qu'au seuil du 3ème millénaire, le Mouvement affirme avec force la conception d' un combat « contre le racisme sous toutes ses formes «, dans sa dimension universelle, conforme en tous points – n'en déplaise à nos détracteurs -  à la position du MRAP explicitement énoncée depuis plus de  30 ans. Mais c'est aujourd'hui – serait-ce un hasard? -  qu'on nous fait un procès d'intention.

Première contre-vérité: “le MRAP défenseur inconditionnel du voile à l'école publique”:

La position du MRAP sur cette question n'a pas changé depuis 1989, première” affaire” du foulard à Creil. Le MRAP, et son Secrétaire Général de l'époque Mouloud Aounit, n'ont jamais cessé d'affirmer leur attachement à la laïcité de l'école et de l'ensemble de la société. Le MRAP s'est positionné contre le port de signes ostensibles à l'école mais c'est parce que justement il considère que la laïcité est l'un des fondements de la République qu'il s'est prononcé contre l'exclusion des jeunes filles du système éducatif, l'exclusion étant la pire des solutions lorsque l'objectif de la République est de favoriser l'émancipation de toute la jeunesse, jeunes filles comprises. Dans “Débats et Opinions” publié le 25 septembre 2003, on trouve la déclaration de Mouloud Aounit  “le MRAP est un Mouvement laïque. Il œuvre en faveur d'une conception de la laïcité qui ne saurait être synonyme de fermeture, d'exclusion, et de discrimination. Nous ne sommes pas favorable au port du foulard à l'école, comme pour tous les autres signes religieux”. Il prône au contraire une laïcité dynamique, qui codifie les règles communes pour vivre ensemble dans l'espace public, sans pour autant imposer la négation ni  le reniement des individus, quelle que soit leur religion, leur culture ou leur façon de penser. Et le MRAP ajoutait dans un communiqué “cette affaire de foulard et de loi est bien utile: elle permet de détourner  l'opinion publique des problèmes réels qui affectent et menacent dangereusement la laïcité. La
relégation sociale, les discriminations quotidiennes, la persistance d'établissements scolaires qui sont bien souvent des ghettos sociaux dans des quartiers rongés par la mal vie et l'absence de perspectives
sont autant de terreaux fertiles pour l'intégrisme, l'extrémiste et les replis communautaires. C'est à ces problèmes la que l'éducation doit apporter une réponse.”  Contrairement à ce qu'affirme l'article, nous ne nous sommes pas, hélas, trompés: l'école publique et laïque – l'un des fondements de la République et des priorités essentielles de toute société - est en plein démantèlement, de la part d'un gouvernement qui supprime des milliers de postes et propose le financement d'établissements privés pour “réduire les inégalités en Seine St Denis”.
Dans un communiqué du 14 octobre 2003 (communiqué à la rédaction duquel  Mouloud Aounit a bien évidemment participé) le MRAP saluait l'attitude de la mairie de Paris qui après une longue période de dialogue avait exclu temporairement une fonctionnaire qui portait le foulard islamique dans l'exercice de ses fonctions.

Deuxième contre vérité : la question du blasphème

Le MRAP s'est prononcé contre la proposition de loi visant à “interdire les propos et les actes injurieux contre toutes les religions”, déposée par le député UMP du Gard, Jean Marc Roubaud. Lorsque Mouloud Aounit a utilisé le mot “blasphème”, il ne s'agit pas de religion mais du Front National ! Il a certes employé un terme relevant du vocabulaire religieux, - “blasphème” - dans le sens  “d'offense” (c'était le racisme qui était une “offense”).  Quel laïc n'a jamais dit “mon dieu” ou “c'est sacré” ?
Il existe encore au siège national du MRAP d'anciennes affiches “Pour la liberté de tous les Cultes”, antérieures à l'arrivée de Mouloud Aounit au poste de Secrétaire Général.

3ème contre vérité : les caricatures

C'est après un débat de plus de 2 heures, auquel participaient les membres dits de “l'opposition “ que le vote eut lieu.  Trois contre vérités  ont été sciemment véhiculées à ce propos par certains, dans l'objectif de nuire au MRAP :
Ce serait les 12 caricatures de Mahomet qui auraient été  dénoncées par le MRAP: dans la réalité, c'est mais UNE SEULE  - à savoir uniquement la caricature représentant le prophète Mahomet coiffé d'un turban en forme de bombe prête à exploser; il ne s'agit donc aucunement d'une caricature à caractère religieux, ce qui démontre – si besoin était – que le Mouvement ne se sent aucunement concerné par  l'Islam ou la religion comme tels.
Le MRAP battrait en brèche la liberté d'opinion et d'expression : s'il s'agissait de la liberté d'opinion, il faudrait demander, comme le demande le FN, l'abrogation de la loi de 1972 contre le racisme dont le MRAP a été la cheville ouvrière, appelée aujourd'hui loi Gayssot,  et autoriser à l'instar de la législation des  Etats Unis, au nom de “la liberté d'expression”, les appels à la haine raciste ou le négationisme.
Le MRAP a dénoncé avec autant de force les odieuses caricatures sur “l'Holocauste” (encore un mot relevant du domaine religieux qui est largement utilisé), parues dans la presse iranienne. à la même époque que les caricature danoises.

La seule caricature incriminée par le MRAP démontre bien que le Mouvement a entendu dénoncer le message raciste et les signifiants, c'est à dire l'équation véhiculée depuis le 11 septembre 2001, à savoir “musulman=islamiste=terroriste”. Chaque musulman devient ainsi coupable de chaque exaction commise dans le monde par des fondamentalistes, intégristes, terroristes.

Une organisation antiraciste ne peut accepter un tel amalgame qui ne relève en rien de la liberté d'opinion sur une religion mais  bien de l'islamophobie,  ou racisme anti-musulman.

Il importe au plus haut point de rappeler, au sujet de ce terme, l'histoire de son émergence dans la sphère publlique, qui met en évidence un concept qui n'a pas été inventé par le MRAP mais par l'ONU et qui depuis le 11 septembre et les tenants du “choc des civilisations” vient renforcer le racisme anti arabe.

On voit apparaître le concept de «racisme anti-musulmans» dans les rapports soumis à la Commission des Droits de l'Homme, au Conseil Economique et Social ainsi qu' à l'Assemblée Générale des Nations Unies par le «Rapporteur Spécial sur les formes contemporaines de racisme».

Le premier de ces Rapporteurs Spéciaux, en fonction de 1993 à 2002, a été M. Maurice Glèlè-Ahanhanzo, Béninois, Docteur d'Etat en droit, Professeur Agrégé de Droit Public et Science Politique.(Paris – 1974)

Dans son Rapport de transmission à l'Assemblée Générale des Nations Unies (8 septembre 1999) du «rapport sur les formes contemporaines de racisme, de discrimination raciale, de xénophobie et de l'intolérance qui y est associée, établi par M. Maurice Glèlè-Ahanhanzo, Rapporteur spécial de la Commission des droits de l'homme, conformément à la résolution 53/133 de l'Assemblée générale», le Secrétaire Général des Nations Unies déclare notamment:
«Selon le Centre Simon Wiesenthal et l'organisation Hate/Watch dont les recherches et publications constituent d'utiles références, d'autres mouvements ou organisations racistes ont aussi recours à l'Internet pour diffuser leurs messages de haine. Il existe ainsi des sites antiarabes animés par des organisations juives comme les Jewish Defense League aux États-Unis, au Royaume-Uni et en Irlande du Nord, Kahane homepage (du rabbin Kahane), antimusulmans comme Faelleslisten Mod Indvandringen et The-Glistrup-homepage, des sites danois; des sites crées par des organisations africano-américaines comme "The 12 Tribes of Israel", "Blacks and Jews Newspage", "Nations of Gods and Earth", "Nation of Islam"».

Dans son rapport E/CN.4/2002/24 du 13 février 2002, il déclare avoir «puisé de nombreuses informations dans les rapports très complets, publiés à Vienne le 10 octobre 2001, par l'Observatoire européen des phénomènes racistes et xénophobes sur les réactions anti-islamiques dans l'Union européenne après les actes de terrorisme dont les États-Unis ont été récemment la cible ».
M. Maurice Glèlè-Ahanhanzo est remplacé lors de la cinquante-neuvième session du Conseil Economique et Social, en janvier 2003, par une nouveau Rapporteur Spécial, M. Doudou DIENE, de nationalité Sénégalaise, titulaire d'un doctorat de droit public de Paris et diplômé de l'Institut d'études politiques de Paris. Son rapport du 3 janvier 2003, se réfère à la « Situation des populations musulmanes et arabes dans diverses régions du monde à la suite des événements du 11 septembre 2001». Il y fait écho aux rapports publiés par l'Observatoire des phénomènes racistes et Xénophobes de l'Union Européenne ( EUMC):
«26. C'est ainsi que l'EUMC révèle, un mois après les attentats et sur la base de rapports nationaux, qu'« une islamaphobie latente a mis à profit les circonstances présentes pour émerger, se concrétisant sous la forme d'actes d'agression physique et d'insultes verbales»2.»

Dans un Rapport de novembre 1999 intitulé « Lutter contre le racisme et la xénophobie par voie législative au niveau européen », ENAR-Réseau Européen contre le racisme consacre la section 1.2.1 à « La lutte contre les discriminations fondées sur la religion ou les convictions » et constate qu'" il est difficile d'opérer une distinction claire entre la discrimination raciale et la discrimination religieuse, les deux étant souvent intimement liées. Et ce d'autant plus aujourd'hui, puisque grandit un sentiment n o u veau qui pourrait être appelé “ i s l a m o ph o b i e” .
Dans son « Rapport Alternatif » de 2004 sur le Racisme en Europe, ENAR décrit également (« II.A.5 Islamophobie) « l'islamophobie, souvent alimentée par l'image négative donnée des musulmans et de l'Islam dans les médias, surtout depuis le 11 septembre 2001»


Ce phénomène a fait l'objet de multiples réflexions au sein du MRAP, notamment d'un colloque à l'Assemblée nationale le 20 septembre 2003 auquel participaient d'éminents chercheurs.

Le Congrès du MRAP de décembre 2004 a adopté par 131 voix pour 83 contre et 46 abstentions le fait que “l'islamophobie est une nouvelle forme de racisme anti musulman et par conséquent entre dans le champ d'activités du MRAP” ( la motion opposée qui a été rejetée faisait de l'islamophobie une simple question religieuse).
Compte tenu de cette majorité, une nouvelle question a été mise aux voix “le MRAP doit il poursuivre le combat contre l'islamophobie dans le cadre de la définition légale de la loi à la provocation à la haine raciale”? Le vote fut unanime moins 23 abstentions. Dans l'affaire des caricatures, l'affaire Redecker etc.. le MRAP n'a fait qu'appliquer les décisions de son Congrès ce que refusent de faire ceux qui osent nous donner des leçons de démocratie. La démocratie ne consiste-t-elle pas à respecter la décision de la majorité ?

Nos détracteurs ont une mémoire sélective: ils ont oublié que le MRAP a également porté plainte contre la chaine égyptienne Al Manar qui diffusait une série antisémite que l'on pouvait capter en France et qui s'est soldé par l'interdiction de la chaine par le CSA. Ils ont oublié que le MRAP qui à l'occasion du sketch de Dieudonné  contre lequel il avait porté plainte avait déclaré “on ne peut pas rire de tout”.
D'ailleurs, c'est Régis Debray (pas Mouloud Aounit) qui a déclaré “l'humour à l'encontre de personnes constamment humiliées est une arme dangereuse”. Albert Lévy , l'un des fondateurs du MRAP, pendant longtemps son secrétaire général, ainsi que François Grémy, l'un de ses anciens présidents délégués, ont apporté leur soutien à Mouloud Aounit et au MRAP quant au positionnement du Mouvement  sur les “caricatures”.

Enfin, on peut poser la question suivanteoù sont les défenseurs de la liberté d'expression qui criaient haro sur le MRAP quand Bruno Guigue est sanctionné pour avoir osé critiquer la politique colonialiste du gouvernement israélien ?

4ème contre vérité: le MRAP s'enfonce dans le communautarisme  diviseur : la aussi, certains ont la mémoire courte: c'est  le fil directeur de l'universalité du combat antiraciste qui a conduit le MRAP et la LDH à lancer une invitation à l'ensemble des forces progressistes de ce pays (associations, syndicats, partis) pour l'organisation d'une manifestation contre tous les racismes. Parce que vous avez vraiment l'art de la désinformation, nous rappelons l'intégralité de l'appel qui fut signé par 96 organisations, parmi lesquels l'UOIF et la Fédération Nationale des Musulmans de France  mais aussi  par le Conseil National des Associations de Familles Laïques (CNAFAL), et Solidarité Laïque:

“La haine de l'Autre envahit la vie de notre pays. Les actes antisémites connaissent une recrudescence alarmante et d'autres actes racistes se multiplient de manière tout aussi inquiétante. Ici ce sont des lieux de
culte ou de mémoire qui sont profanés, là ce sont des individus qui sont insultés ou agressés. Au quotidien, les discriminations au logement, à l'emploi ou au travail s'abattent sur toute une partie de la population.
Ces haines ont toutes leur particularité: elles s'inscrivent dans l'histoire et s'enracinent dans le monde d'aujourd'hui. Reconnaitre les singularités de chacune n'enlève rien à ce que toutes le manifestations de racisme, d'antisémitisme ou de discriminations partagent les mêmes ressorts et provoquent les mêmes drames. Leur banalisation est un poison qui entraine la banalisation de toutes les exclusions.
Il est urgent de dire notre rejet absolu de cette haine de l'Autre, attisé par l'extrême droite et les intégrismes de toute nature, qui, petit à petit ronge les valeurs de la république et de la démocratie et divise les habitants de ce pays.
Nous refusons les enfermements communautaires. Chaque discrimination, chaque manifestation de racisme, d'antisémitisme, de sexisme, ou en raison des orientations sexuelles est l'affaire de tous, quelles que soient notre origine ou nos opinions philosophiques ou religieuses.
Parce que rien, absolument rien, ne peut justifier de porter atteinte à la dignité d'hommes, de femmes et d'enfants, chaque victime doit être assurée qu'elle sera écoutée et défendue.
C'est l'engagement que nous prenons ensemble et c'est ensemble que nous avons décidé de relever ce défi. La France que nous voulons c'est une République Laïque qui accueille, dans la réalité, dans l'égalité des droits et le respect de la règle commune, la diversité de ceux qui y vivent.
C'est sur la base de cet appel qu'eut lieu le 7 novembre 2004 des manifestations à Paris, Bordeaux, Lille Lyon, Marseille, Nantes, Strasbourg, Ajaccio, Toulouse.  Rien ne concorde dans ce texte avec les mensonges que vous essayé de faire passer et certainement pas les accusations de communautarisme et de repli identitaire dont ce seraient rendus coupables  le MRAP!

5ème contre vérité : les accusations de refuser “toute critique sur les pratiques et régimes totalitaires liés à l'Islam”et de lâcher les musulmans en lutte contre l'islamisme. Au lieu de diffuser ces propos nauséabonds vous feriez mieux de vous documenter sur les actions du MRAP  dans le domaine international ! Voici le rappel de quelques uns de ses combats pour rafraichir la mémoire de ceux qui diffusent de telles calomnies:
• * Le MRAP a été la première organisation à parler de fascisme pour qualifier la situation en Algérie; extrait du communiqué du 24 octobre 1997: “Lorsqu'on assassine l'Autre parce qu'il est différent, la femme parce qu'elle revendique ses droits, l'enfant parce qu'il se rend à l'école, lorsqu'on assassine l'enseignant, l'écrivain, l'artiste, le syndicaliste, le journaliste; lorsqu'on assassine l'intelligence, la science la culture, cela s'appelle le fascisme quel que soit l'habit dont on tente de le vêtir”. C'est au nom des valeurs que le MRAP défend depuis sa création que nous nous élevons contre l'intégrisme assassin...Nous saluons le courage des démocrates algériens qui résistent avec un courage exemplaire”
• * Le MRAP a été la seule organisation à appeler à un rassemblement devant l'ambassade d'Afghanistan (juin 2001) lorsque les talibans en place  ont imposé “aux non musulmans” le port d'un morceau de tissu jaune”. Mouloud Aounit était présent au rassemblement et y a pris la parole
• * Le MRAP s'est mobilisé pour arracher à la mort Safya Husseni et Amina Lawal condamnées à mort par lapidation par le régime islamiste du Nigéria pour avoir eu un enfant hors mariage. Mouloud Aounit, présent à
tous les rassemblements a été reçu à plusieurs reprises à l'ambassade
(2002-2003)
• * Mouloud Aounit s'est enchaine  aux grilles de l'ambassade d'Iran pour tenter d'arrocher les 13 Juifs condamnés à mort parce que Juifs par le régime islamiste d'Iran
• * Toujours à propos de l'Iran, le MRAP a été de tous les combats contre les violations des droits de l'Homme et surtout de la femme commis par la dictature islamique. Mouloud Aounit fait partie du comité
pour les droits de l'homme en Iran. Le MRAP a lancé avec ECPM une campagne contre les lapidations ; il a été à l'origine avec l'Association des Femmes Iraniennes en France une campagne contre les violations des droits des femmes, campagne qui a permis de sauver une fillette de 13 ans condamnée à mort par lapidation pour avoir été violée!
• * le MRAP s'est associé à l'organisation internationale “Femmes Unies contre l'Intégrisme et pour l'Egalité (WAFE)” et a participé à tous les colloques organisés à ce sujet  à l'Unesco.

• Enfin nous  voudrions rappeler la lettre de Mouloud Aounit parue dans l'Humanité lorsque pendant cent jours l'Humanité a publié une lettre d'une personnalité pour les femmes afghanes:

Les linceuls ne sont pas faits pour être portés par les vivants
Toi la mère, la femme, l'épouse, la soeur, condamnée à vivre sans exister, transformée en ombre fantomatique,
Toi la mère qui a donné la vie à tes tortionnaires dont l'aveuglement t'interdit de visage, ils te nient dans ton droit à être toi même dans la colère la joie ou le chagrin.
Ta vie confisquée blesse note conscience qui s'interroge douloureusement.
Ces êtres au coeur sec, dont l'esprit de ténèbres oblitèrent le visage innocent des fillettes et t'enchaine, pour tous des déplacements à ton mari, ton père, ton cousin sont à mettre au banc de l'humanité. Viendra le jour où, à l'instar des bourreaux qu'à charrié l'histoire la plus lointaine, ceux la même devront répondre de leurs crimes contre ton humanité. Qu'ils sachent que ne restera pas sans réparation l'humiliation quotidienne qu'ils te font subir, la douleur d'être publiquement battue dans les rues de Kaboul.
Un jour viendra où seront citées à comparaitre au tribunal des hommes libres pour non assistance à femmes en danger et complicité de haine et d'obscurantisme les nations qui ont porté et maintiennent au pouvoir les
taliban.
Dans ta vie faite de tortures permanentes, l'impuissance parfois te ronge, accentue tes souffrances. Sache cependant que les oppressions les plus insupportables ont toujours stimulé et libéré révolte, colère et résistance collective.
Regarde ces femmes qui au péril de leur vie défient toutes les interdictions pour continuer à exercer leur métier dans la clandestinité. Vois ces familles qui persistent à envoyer leurs filles à l'école. Pense à tous ces hommes assoiffés de liberté et de justice qui, en Afghanistan luttent dans les conditions les plus extrêmes pour tirer ton peuple vers la démocratie et la modernité. Ce sont autant de petites étoiles d'espoir dans les ténèbres qui se sont étendues sur ta terre.
Enfin, toi que je regarde sans te voir, je ne quitte pas. Je lance vers toi ma solidarité d'homme, ton frère d'humanité. Toi dont les souffrances souvent m'empêchent de dormir”.
A qui ferait vous croire qu'il s'agit la d'un texte d'un d'”allié des islamistes”!

Quant  aux “Indigènes de la République”, Mouloud Aounit n'a jamais signé l'appel, non plus que le MRAP.  Si certains adhérents du Mouvement l'ont fait, c'est à titre purement individuel. Existe-t-il un “droit de réserve” au MRAP?  Et doivent ils être sanctionnés comme Bruno Guigue ?
Ce que le MRAP a dit, c'est que l'appel des Indigènes était un cri qu'il fallait entendre sous peine de graves dérives. La révolte des quartiers défavorisés de décembre 2005 a prouvé que nous avions raison et les problèmes en cause ne sont toujours pas réglés.
Quand à la “démocratie” au MRAP, est ce faire preuve de “démocratie” que de refuser d'appliquer les décisions de Congrès ? Est ce faire preuve de démocratie que de refuser de sièger puis de participer dans les instances nationales sous prétexte que l'on est minoritaires ? Que penserait-on des députés de l'opposition (quelle soit de droite ou de gauche ) qui refuseraient de siéger une fois élus, sous prétexte qu'ils
sont minoritaires?

A l'heure où la lepénisation des esprits rend “banal” le vote FN, où une partie de l'UMP reprend les thèses de JM Le Pen, à l'heure où l'extrême droite gangrène l'Europe au point d'avoir un groupe au Parlement Européen, à l'heure du racisme d'Etat qui conduit des sans papiers à se défenestrer ou à se jeter à l'eau pour, certains préfèrent choisir comme cibles  Mouloud Aounit et le MRAP en diffusant mensonges et calomnies.

A force de crier au loup contre des défenseurs de l'universalité des droits de l'Homme, ils pourraient bien contribuer à ce que les loups, les vrais – actuels ou à venir -  entrent effrontément dans Paris .
C'est alors que  la République serait vraiment en danger!


Le Collège de la Présidence

--
Secrétariat de Direction
Mouvement contre le Racisme et pour l'Amitié entre les Peuples
43 bd Magenta - 75010 Paris - http://www.mrap.fr
Histoire du MRAP (actualisé) : http://mrap.juridique.free.fr

Partager cet article

Commenter cet article