Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Repères contre le racisme, pour la diversité et la solidarité internationale

Le MRAP et le "Courrier de l'Atlas"

12 Octobre 2011 , Rédigé par Repères antiracistes Publié dans #MRAP

Ce magazine vient de publier un numéro tirant à boulets rouges sur certains mouvements antiracistes, dont le MRAP. Concernant ce dernier, il y avait eu un précédent, qui avait nécessité une mise au point vigoureuse :

 

Demande de droit de réponse au COURRIER DE L’ATLAS

  

Monsieur le Directeur,

 

Suite à l’article que vous avez inséré dans votre édition du 21 décembre 2008 sous le titre « Les camps de rééducation islamiques du MRAP », nous vous demandons de bien vouloir insérer le droit de réponse ci-joint.

 

En effet, cet article, tendancieux dans sa présentation, et bourré d’inexactitudes, est clairement diffamatoire à l’encontre du MRAP, en lui imputant le fait, contraire à son honneur et à sa réputation, d’organiser de véritables « camps de rééducation », formule dont la connotation totalitaire est claire, et en outre en qualifiant ces prétendus « camps » de camps « islamiques », laissant entendre que quelque action que ce soit du MRAP pourrait être assimilé à de la propagande ou à de l’endoctrinement religieux, et jouant sur les ambiguïtés et les connotations qui s’attachent dans le débat public à des mots jamais clairement définis comme « islamique », « islamiste », et souvent associés à terrorisme ou à la violence, ce que renforce dans le titre même de votre texte son association avec le mot « camp de rééducation », ou dans l’article les expressions « militants islamiques », ou « militante islamiste ».

 

Quant au contenu même de votre article, chaque phrase ou presque illustre la mauvaise foi de ses rédacteurs, ainsi que leur intention de nuire au MRAP.

 

Ainsi, le MRAP n’a jamais « délégué » à qui que ce soit, et qui plus est pour toute une période, ses actions de formation ; ce à quoi l’article fait référence est la participation, lors d’une action de formation déterminée, sous le contrôle et en présence des responsables qualifiés du MRAP, de plusieurs intervenants.

 

Ainsi, Pierre Tévanian n’est pas « fondateur du Mouvement des Indigènes de la République » ; il n’a en outre jamais laissé dire que les Blancs seraient génétiquement ou quasi génétiquement racistes, formule qui relèverait d’un racisme imbécile que l’intéressé, comme le MRAP, a toujours combattu.

 

Ainsi, Ismahane Chouder n’est pas une « militante islamiste », sauf à considérer que le fait pour une musulmane de militer dans diverses organisations, qu’elles soient laïques (comme la FCPE Fédération de Conseils de Parents d’Elèves), religieuses sans connotation politique (comme PSM – Présence et Spiritualité Musulmane), ou de réflexion et de dialogue (comme la commission Islam et Laïcité), fait d’elle ipso facto une « militante islamiste », avec tout ce que cette formule véhicule dans l’imaginaire raciste.

 

Ainsi, Malika Latrèche n’est pas une « militante pro-voile », et a-t-elle toujours soutenu que le port ou non d’un foulard relevait des convictions intimes de chacune, et qu’on ne pouvait légitimement, ni en interdire, ni en imposer le port.

 

Ainsi, Saïd Bouamama n’a jamais prétendu que la situation des jeunes issus de l’immigration serait « semblable » à celle des Palestiniens. Il sait bien, comme sociologue, que toute comparaison a des limites, et que deux situations sociales ne sont jamais « semblables ».

 

En outre, l’idée que Saïd Bouamama, intellectuel et militant d’orientation marxiste, ayant toujours combattu l’islamisme politique comme en témoigne par exemple l’analyse qu’il avait en son temps produite du FIS algérien, puisse être assimilé à un éducateur dans un « camp de rééducation islamique » est une absurdité qui ne peut s’expliquer, là encore que par la volonté de nuire au MRAP.

 

Nous vous demandons donc de publier dans les meilleurs délais le droit de réponse qui suit :

 

Droit de réponse :

 

À la suite de la parution, dans le Courrier de l’Atlas en date du 21 décembre 2008, intitulé « Les camps de rééducation islamique du MRAP », le MRAP, Mouvement contre le Racisme et pour l’Amitié entre les Peuples, tient à exprimer les plus vives protestations et à apporter les éléments de réponse ci après :

 

Tant le titre de cet article que l’ensemble des affirmations qu’il contient, que ce soit à propos de la politique du MRAP en matière de formation, qu’à propos des personnes qualifiées qu’il choisit d’inviter comme intervenantes, constituent autant de divagations malveillantes et mensongères.

 

Le MRAP n’a rien à voir avec aucune mouvance de ce que le débat public tend à qualifier « d’islamisme politique ». Ses actions de formation, comme celle à laquelle l’article fait référence, ne sont « déléguées » à personne et sont organisées avec le concours d’intervenants qualifiés pour leurs travaux et réflexions sur la lutte contre le racisme sous toutes ses formes, sans que jamais leurs interventions puissent apparaître comme une quelconque propagande, « islamiste » ou non, visant à autre chose qu’à fournir des informations et susciter la réflexion des militants du MRAP dans leur combat quotidien.

 

Nous vous prions d’agréer, Monsieur le Directeur, l’expression de nos salutations distinguées.

                                                   Pour le Collège de la Présidence du MRAP

 

     Bernadette HETIER, Renée LE MIGNOT

Partager cet article

Commenter cet article